« Clinea Suisse et moi », Épisode 8: rencontre avec Charlotte Augustin, ICUS et référente en pharmacie à la clinique du Grand-Salève

charlotteaugustin_3.JPG
Clinique du Grand-Salève | mardi 22 novembre

« Clinea Suisse et moi », Épisode 8: rencontre avec Charlotte Augustin, ICUS et référente en pharmacie à la clinique du Grand-Salève

Afin de vous faire découvrir les différents corps de métier au sein du groupe Clinea Suisse, nous vous proposons « Clinea Suisse et moi », une série d'entretiens avec nos collaborateurs. Pour ce nouvel épisode, nous partons à la rencontre de Charlotte Augustin, ICUS et référente en pharmacie à la clinique du Grand-Salève.

Bonjour Charlotte ! Pour commencer, peux-tu nous parler de ton parcours et nous dire pourquoi tu as choisi ce métier ?

A l'obtention de mon baccalauréat en France, je me suis orientée vers le domaine de la santé. C'est un secteur qui m'attirait depuis l'adolescence, même si je gardais également en tête la possibilité de m'orienter vers des études de droit. Ce qui m'importait avant tout, c'était de faire un métier tourné vers l'autre.

J'ai tout d'abord fait une année de médecine qui fût difficile, aussi bien par l'intensité de l'apport théorique que par les heures interminables passées sur les bancs des amphithéâtres. Mais cela m'a permis de me centrer sur ma véritable vocation. La place privilégiée de l'infirmier m'a tout de suite enthousiasmée de par la proximité avec les patients mais aussi par la polyvalence des compétences requises. Le cursus alliant théorie et pratique correspondait à mes attentes et m'a permis de me sentir à ma place au fil des années d'études. L'interdisciplinarité dans laquelle l'infirmier évolue et qui lui confère une certaine polyvalence, l'interaction avec les patients et les différentes disciplines de la santé (médecin, thérapeutes, secrétariat, ...) étaient autant d'atouts vecteurs d'épanouissement. J'ai suivi ma formation au sein des hôpitaux publics de l'AP-HP à Paris. Ce fut une belle expérience qui a su me conforter dans mon choix !  

Comment est-tu arrivée ici à la clinique du Grand-Salève ?

Une fois diplômée, je me suis orientée vers les services des urgences et de réanimation. Ce sont des services où il faut être réactif et organisé et qui permettent de multiplier les interactions avec les différents intervenants dans la prise en soin des patients. Ce premier poste a contribué à prendre confiance en moi en tant que professionnelle de santé et m'a également permis de mettre en pratique la théorie enseignée lors de mes études. J'ai pu approfondir mes compétences et, étant de nature timide, me dépasser au niveau personnel. J'étais comme un poisson dans l'eau !

Cependant, j'avais besoin de suivre l'évolution du patient après son hospitalisation et de contribuer à l'élaboration d'une prise en charge personnalisée. Souhaitant aussi découvrir de nouvelles contrées avec mon mari et tentés par une vie à l'étranger, nous nous sommes tournés vers la Suisse, nous nous y sommes tout de suite plu ! J'ai ensuite décroché mon premier poste infirmier dans une clinique de réadaptation située sur les hauteurs de Montreux.

Par la suite, la clinique Bois-Bougy m'a proposé un poste d'ICUS dans ce même domaine. L'encadrement des équipes de soins est venu compléter mon expérience dans les soins, où j'ai beaucoup appris de mes collaborateurs. Ensuite, un poste s'est libéré à la clinique du Grand-Salève, et me voilà ! En parallèle de mon poste d'ICUS, j'ai pu retourner dans les soins, manager mais aussi accompagner mon équipe au plus près du terrain pour répondre au mieux à leurs attentes mais aussi à celles des patients. Je pense que c'est un réel atout d'expérimenter les procédures de l'établissement et l'organisation quotidienne en service. Cela permet également de créer un lien indéniable avec ses équipes. Quelques mois après mon arrivée au Grand-Salève, le poste de référente pharmacie m'a été proposé et j'ai sauté sur l'occasion pour élargir ma polyvalence et éveiller mon intérêt sur cette partie du soin. 

Comment sont organisées tes journées à la clinique ? 

Mon emploi du temps est partagé entre mes missions en tant qu'ICUS et celles de référente pharmacie. Mon approche globale des deux métiers permet de sensibiliser les collaborateurs à des surveillances qui ont attrait aussi bien aux soins de proximité qu'aux vigilances qui gravitent autour du soin, comme la pharmacologie. Mes deux postes se complètent en quelque sorte ! Mes missions sont surtout orientées vers le recueil des points d'amélioration quant à la sécurité et au confort de pratique des équipes de soins en corrélation avec une prise en soin optimale des patients. L'écoute attentive quant à leurs besoins et la personnalisation de la prise en soin proposée lors de leur séjour sont deux aspects essentiels. Il est du ressort de l'équipe d'encadrement de proposer des outils adéquats selon le retour des collaborateurs, des vigilances liées aux soins, et des retours patients. Je vais par exemple faire des contrôles de traçabilité dans les services, actualiser des procédures internes à la clinique, rencontrer les patients pour recueillir leurs ressentis... J'avais peur de m'éloigner du soin mais au final, ce poste m'en offre une parfaite vue d'ensemble ! 

Désireuse de me rapprocher de mon expérience initiale aux urgences, j'ai également suivi une formation d'instructeur en soins de premiers secours afin de pouvoir dispenser la formation aux collaborateurs de la clinique. Ce nouvel aspect de mon poste au sein de la clinique constitue un nouveau challenge qui me permet d'expérimenter une nouvelle facette de ma personnalité !

Qu'est-ce qui te plait le plus dans ton métier ?  

La diversité des postes occupés qui se complètent et qui me permettent d'avoir un impact sur le parcours du patient et l'apprentissage que j'en tire ! J'aime être polyvalente et alerte sur les différentes disciplines, encourager l'interdisciplinarité pour une prise en soin facilitée et globale.

De par sa taille réduite, la clinique du Grand-Salève facilite les échanges entre les intervenants et favorise la communication en faveur de notre réactivité, notamment face à certaines problématiques.

Un mot pour conclure ?

Je remercie la direction de m'avoir fait confiance au fur et à mesure du temps. La diversité des rôles conférés m'a permis de m'accomplir en tant que professionnelle de santé mais aussi de m'épanouir personnellement. Je n'ai pas fini d'enrichir mon activité, car c'est aussi cela la beauté de ce métier, le partage d'expérience qui permet de consolider notre action auprès des patients.